Shopping Cart

Florian GUZEK

Florian GUZEK

As-tu un mode d’évasion personnelle favori ?

J’aime me plonger dans mon carnet. C’est à l’école des Arts Décoratifs que j’ai pris cette habitude. Je le remplis d’idées avec des dessins et des écrits. Ce sont des moments d'introspection et de réflexion qui me sont nécessaires. J’emporte mon carnet partout et je le sors à la moindre occasion, dans le train, dans mon jardin, en terrasse des cafés… 

Quelle exploration créative te procure le plus de plaisir ?

J’aime imaginer des mondes différents, des êtres, des plantes et des machines étranges, vivant sur d’autres planètes. Et quand ces designs prennent vie, sur le petit écran par exemple, c’est le bonus. C’est encore plus satisfaisant quand ils deviennent des objets, des poupées pour l’animation stop motion ou des marionnettes live. La 2D devient volume. C’est magique, des êtres sorties de mon imagination prennent vie et je peux même les toucher ! 

 

Quelles en sont les clés ?

Dans le processus de création il faut lâcher prise et ne pas s’auto-censurer. Une morue géante à 3 yeux qui flotte dans l'espace en chantant la Traviata ? Idiot ? Et pourquoi pas ? Je note l’idée dans mon carnet, accompagné d’un ou plusieurs dessin, j’y reviendrai peut-être plus tard.  Parfois il faut aussi savoir sortir de sa zone de confort, mais sans trahir son style, car c’est souvent pour ce dernier que nous avons été choisi. 

 

Quel souvenir en gardes-tu ?

Les carnets sont comme une mémoire additionnelle.  Il me faut un an et demi environ pour les remplir et en changer. J’ai ainsi une étagère qui se remplit au fil des années. Parfois j’en feuillette quelques uns, à la recherche d’inspiration. J'y retrouve des notes et des personnages oubliés. Les bonnes et les mauvaises idées cohabitent. Elles sont comme des graines en dormance.

 

Gardes-tu une place pour le partage ?

Mon travail n’a de sens que s’il est partagé. Par contre je dois dire que je garde mes carnets secrets. Je n’aime pas trop que d’autres personnes les feuillettes. Contrairement a certains dessinateurs,  je n’ai pas l’intention d’en faire des oeuvres d’art, des beaux objets. Au contraire, ils sont souvent cabossés, déformés, déchirés…  Ils sont une étapes vers quelque chose d’autres, ce sont plus des cahiers de brouillon. C’est le résultat, la finalité que j’aime à partager.

 

Finalement, quel est ton moyen d’expression préféré ?

Petit, pour échapper au monde terriblement ennuyeux des adultes, je m’adonnais au dessin, à la pâte à sel, aux collages, aux coloriages, aux pliages, aux découpages, aux assemblages de toutes sortes. Aujourd’hui c’est ça n’a pas changé, sauf que j’y ai ajouté une bonne dose de numérique. Il faut vivre avec son temps. Je fais beaucoup de 3D et  ça m’amuse terriblement. Mais finalement, toutes les techniques sont bonnes pour s’exprimer créativement. Qu’importe le chemin, ce qu’y compte c’est le résultat.

instagram : florian_guzek_artwork

site : www.florianguzek.com

Older Post Newer Post