Panier

Thomas GUIGO

Thomas GUIGO

As-tu un mode d’évasion personnelle favori ?  

 

L’évasion verticale, j’entends par là prendre de la hauteur et apprécier l’espace qui nous entoure. Il y a quelque chose d’inspirant dans la contemplation aérienne qui est saisissant et que j’essaie de retrouver dans mes dessins. Il y a une première phase d'ascension pleine de détails, les couleurs de la roche, le bruit de l’eau qui s’écoule, l’échos des marmottes qui sifflent, ce bouquetin qui observe plus haut, la brise montante des premiers rayons de soleil... Vient alors alors le moment de voler et de refaire le chemin inverse. Cette fois-ci avec beaucoup plus de hauteur, la ligne de crête se dessine parfaitement, le vide qui l’entoure prend tout autant d’importance et composent alors un tableau extraordinairement juste. La montagne est une véritable source d’inspiration, jamais identique. 

 

 

Quelle exploration créative te procure le plus de plaisir ?

 

Une ligne de crête invisible depuis la terre, uniquement visible depuis les airs. Mettre en contraste le visible et l’invisible. Les contrastes terre et neige. J’adore ressentir l’air autour de moi, et apprécie l’idée que le blanc sur une feuille de papier puisse retransmettre cette sensation de légèreté et d'immensité.

Quelles en sont les clés ?

 

Savoir prendre le temps d’observer et de ressentir l’espace qui nous entoure, mais surtout vivre à côté de montagnes et faire du parapente ! :)

 

Quel souvenir en gardes-tu ?

 

Ce qui me fascine en montagne, c’est que j’ai beau emprunter plusieurs fois les mêmes itinéraires, elle reste vivante au point que chaque échappée est différente des précédentes.
Néanmoins, j’y retrouve tout le temps cette sensation d’immensité qui permet de prendre une fois de plus de la hauteur sur le monde. 

Gardes-tu une place pour le partage ?

 

Lors de mes escapades je suis généralement seul, comme un besoin de me retrouver, d'imprégner le silence assourdissant de l’altitude. Prendre le temps d’observer ce milieu menacé par le réchauffement climatique. Nous sommes en 2020 et j’appartiens à une génération qui a grandi avec les réseaux sociaux, je partage donc naturellement mes dessins et photos… Certainement un moyen inconscient de communiquer la beauté de nos montagnes et appeler à les préserver.

  

Finalement, quel est ton moyen d’expression préféré ?

 

Le dessin, sans surprise ! Avec une affinité particulière pour le Noir et Blanc. Je m’intéresse de plus en plus au Sumi-e littéralement ‘peinture à l’encre’ en Japonais. Il y a une justesse dans la ligne et dans la gestion du blanc que je trouve captivante.

 

 

  

Instagam : @toomgg

                  @tomgg_sketch

Ancienne article Nouvelle article